Un voyage au Pôle Nord
21 novembre 2017
Show all

Canada – au pays des ours

Aussi beau et irrésistible soit-il, un ours n’est pas le genre d’animal qu’on peut caresser à main nue, ni même approcher de trop près. Ce serait folie. C’est donc à bord d’un drôle d’engin, le buggy, que l’on peut partir à la rencontre de ce superbe fauve dans la baie d’Hudson, au Canada. Le véhicule qui vous conduit sur le site test en soi une expérience à vivre. Métissage audacieux entre le bus et le char d’assaut, ce véhicule tout terrain est perché sur des roues hautes de 1,70 mètre, ce qui permet de maintenir ses occupants à l’abri d’un ours dressé sur ses pattes. Pour une excursion de plusieurs jours, le buggy se décline également en un train de plusieurs « wagons », comportant chambres, salons et toutes les commodités. Une expérience fabuleuse à vivre ! Depuis les plates-formes grillagées du buggy, observation et photos se font en toute sécurité. L’ours polaire n’aime que le froid, la banquise est son royaume. Ce seigneur est un géant, le plus puissant et le plus redoutable de tous les chasseurs : de 2 à 3 mètres de long pour 200 à 600 kilos selon qu’il est mâle ou femelle, des griffes acérées qui n’épargnent aucune proie. Coureur endurant (30 kilomètres/ heure), il pousse sans faiblir des pointes à 50 kilomètres/heure. A titre de comparaison, le meilleur sprinter humain plafonne à 35 kilomètres/heure ! Pendant l‘été qu’il passe à terre, il jeûne, mais, dès l’automne, quand la glace se reforme, il gagne la baie d’Hudson où, pendant 8 mois, il chassera le phoque, son mets préféré. Les femelles gravides restent à terre, ne mangeant rien jusqu‘à la naissance des petits (1 kilo). L’ours est désormais menacé par les matières toxiques polluant le pôle et plus encore par le réchauffement climatique. Inféodé aux glaces dérivantes, il voit son territoire fondre d’année en année, et la protection dont il fait l’objet aura bien du mal à empêcher sa disparition que certains prévoient avant la fin de ce siècle. Les ours se rassemblent autour de Churchill pour leur migration hivernale : c’est l’endroit idéal pour aller les observer.

Comments are closed.