Un safari à dos d’éléphant

Voyage groupe en Chine
4 septembre 2017
Show all

Un safari à dos d’éléphant

L’on nous demande souvent des voyages qui sortent des sentiers battus. Et le mois dernier, nous avons eu la chance d’en organiser un qui offre une expérience très rare de ce côté de la planète : un safari à dos d’éléphant en Afrique. Une aventure unique qui s’est déroulée dans le delta de l’Okavango, au Botswana !

L’éléphant d’Afrique n’est pas semblable à ses voisins. Il pèse à peine 120 kilos à la naissance, 5 à 6 tonnes une fois adulte, mesure près de 4 mètres, vit en moyenne 60 ans… Mais contrairement à son cousin indien, il résiste à toute tentative de dressage. A quelques exceptions près, cependant. Et huit de ces exceptions coulent justement des jours paisibles dans la réserve privée Abu Camp, au cœur du delta de l’Okavango. Huit éléphants apprivoisés au fil du temps par le biologiste Jay Randall Moore, qui récupéra la matriarche Cathy dans un cirque aux États-Unis et l’accompagna en Afrique du Sud où elle devait tourner un film. Installé au Botswana, il entreprit de recueillir d’autres éléphants et parvint petit à petit à leur faire accepter l’homme, jusque sur leur dos. Ainsi est né l’unique safari à dos d’éléphants d’Afrique.

Le premier jour, on fait connaissance avec son futur compagnon de voyage, Puis l’on se met en selle sur cette sublime monture. Sensation étrange, puis bonheur de ressentir le roulement du lourd pachyderme. On découvre la savane à sa hauteur, à son rythme. Quant au moment du bain, c’est un véritable délice ! L’animal n’est pas exploité : il est de bonne volonté, mais a su poser ses règles. Il n’y a ainsi pas plus de 2 ou 3 heures de vagabondage par jour. Le reste du temps est consacré à se sustenter. Atteindre 5 tonnes nécessite en effet une certaine persévérance, et entre 150 et 250 kilos de végétaux quotidiens selon la saison, ainsi qu’une moyenne de 140 litres d’eau ! L’intendance est plus simple pour les humains, dont les repas sont préparés au camp. La promenade se prolonge à pied ou en quatre-quatre (à emprunter avec modération, pollution et altération des sols obligent), ainsi qu’en mokono, une agréable pirogue traditionnelle, parfaitement adaptée aux carices du « fleuve qui n’a jamais trouvé la mer ».

Si vous êtes à la recherche d’un voyage hors norme pour vos collaborateurs, n’hésitez pas à nous contacter pour obtenir un devis personnalisé.

Comments are closed.